Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
IT’S ALL MY FAULT,
YESTERDAY'S NEWS |48

Les fantômes de préviennent pas quand ils débarquent [Casey]

le Dim 12 Aoû - 18:21
avatar
It's All My Fault



40%



Messages : 8
Date d'inscription : 10/08/2018
Avatar : Charlie Hunnam
Âge du personnage : 34
Nationalité(s) : Américaine
Mon personnage, en 5 mots : Bon vivant, aimant, protecteur, abîmé, impulsif
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Docker, ancien militaire
Études (passées ou en cours) : Diplôme du secondaire
Hobby : Biker
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Divorcé(e)
De : D'une femme adultère et sans scrupules

Nous sommes six ou sept à entrer dans ce bar, après une longue journée de travail, affreusement chaleureuse. Pour autant, la chaleur j’en ai l’habitude, c’était le cas déjà, en mission. Je n’ai choisi que des destinations où la chaleur ne devait pas entrer en compte, les conditions climatiques, on apprend à les gérer, tôt ou tard.
Les patrons sont plutôt compréhensifs. Fin de journée harassante mais aux alentours de 16 h, afin d’éviter tout malaise sur les docks. Bien qu’on soit tout près de l’eau, il ne nous viendrait pas à l’idée d’aller piquer une tête pour nous rafraîchir. Le rendement, il n’y a que ça de vrai, dans ce beau pays d’Amérique où le temps est de l’argent.
Je n’ai pas manqué l’occasion de prendre une longue douche, petit luxe que je me permets chaque jour depuis que je me suis trouvé réformé. Pas de ration, tout n’est que question de volonté, encore une grande différence avec ma vie sous les tentes dans les camps de fortunes, pourtant établis avec minuties sur les zones de combat.
C’est à moi de payer ma tournée, stratagème finement rodé au sein de l’équipe, chacun son tour, et cette fois-ci c’est le mien. Je ne roule pas sur l’or mais je me contente de peu et quand on n’attend rien de son salaire, il nous paraît toujours suffisant. Je ramène donc une tournée entière de bières pour toute l’équipe et les disposes sur une table en bois, juste à côté d’un billard qui semblera être le nôtre pour la soirée.
Je remets une mèche de cheveux blonds derrière mon oreille, tout en attrapant le matériel adéquat à gagner ma partie. Il m’eut fallu changer un peu de look depuis l’armée. Sans doute pour tourner la page ou parce que je ne supportais plus de croiser mon reflet dans le miroir, le même reflet en tout cas, que celui que je croisais au petit matin quand venait mon tour de garde. Peu importe, aujourd’hui je suis docker, dans une boite qui tourne, je n’ai plus besoin de m’en faire pour mon avenir, j’ai même un toit. Que demander de plus. De quoi m’occuper toute la sainte journée et tomber comme une masse. En définition, je devrais être un mec heureux, je crois que je le suis, si je m’en tiens aux faits. « Mec, commence pas à tricher, on n’a pas commencé ! » Ambiance caserne et filles aux courbes affriolantes, composent l’essentiel de la soirée qui se profile.

Les esprits se tranquillisent ou s’échauffent, mais les rires sont plus bruyants encore. Certains ont abandonnés la partie pour se laisser réconforter dans des bras plus accueillants, aux poitrines souvent plus généreuses que la nature ne les en a fourni à l’origine. Je passe cependant mon tour, ces filles je les vois chaque fois que je viens, toujours dans des bras différents. Pas que je sois contre le fourvoiement, mais certaines ont trop dans leur lit et trop peu en tête pour attirer mon attention. Mais je souhaite néanmoins une bonne soirée à mes camarades. Je m’éloigne quelques instants, le temps de prendre un peu d’air frais en extérieur. J’allume une clope, un pied contre le mur de pierre, l’autre planté dans le sol et je fais barrage de mes mains pour l’allumer et tirer dessus la taf de la délivrance. L’Occident c’est peut-être pas si mal, finalement.
Je regarde sans les voir les autres clients du bar, aller et venir, jusqu’à ce qu’un visage me saute aux yeux. Et si ma réaction est laconique en apparence, à l’intérieur c’est comme si tout le régiment venait de prendre une secousse. Mais je préfère faire bonne figure, et jouer les rigolos, comme à mon habitude. « Je croyais que les futilités des gens lambdas la bière du vendredi soir dans le bar du coin te dépassaient ? Je t’offre un diabolo menthe ? » C’est tout ce que nous avions à disposition quand les bières gentiment offertes par nos supérieurs avaient déjà été descendues.

Re: Les fantômes de préviennent pas quand ils débarquent [Casey]

le Mar 14 Aoû - 0:30
avatar
Kingdom Come



50%



Messages : 512
Date d'inscription : 15/03/2018
Avatar : Willa Holland
Crédits : nightblood (ava) ; beylin & Oscar (signa)
Autres comptes : Morena Zamora
Âge du personnage : 26 ans.
Nationalité(s) : Américaine.
Signe astrologique : Gémeaux
Mon personnage, en 5 mots : Tête brûlée ; Honnête ; Maladroite ; Secrète
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Ambulancière.
Études (passées ou en cours) : Ancienne infirmière militaire démobilisée.
Hobby : Le happy hour & la boxe.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : En couple
Avec : Tyler Alcott.
http://www.its-all-my-fault.com/t660-casey-griffith-fireworkshttp://www.its-all-my-fault.com/t780-casey-griffith-thunderstuckhttp://www.its-all-my-fault.com/t784-casey-griffith-213-911-512http://www.its-all-my-fault.com/t787-cas-sos
En ligne

« Un bar dans South ?! Mais t'as pris quoi, au juste ?! » Casey est effarée face au programme qu'a prévu Trish, sa colocataire, pour la soirée. Si l'ambulancière a l'habitude qu'elle la traîne dans toutes sortes d'endroits - le souvenir traumatique de ce club libertin est encore ancré dans sa mémoire et probablement, sur le jean qu'elle portait ce soir-là, paix à son âme -, normalement, la riche héritière évite ce qu'elle appelle « les endroits craignos ». Les quartiers craignos, plus exactement. « Une bonne dose d'ouverture d'esprit ! Et tu devrais faire pareil, tiens ! » Franchement. La brune leva les yeux au ciel, se gardant bien de répliquer. Elle n'avait pas du tout envie de jouer à ce petit jeu ce soir et d'ailleurs, n'était pas d'humeur extrêmement joviale depuis quelques jours. Tyler était parti à Cancun pour un séminaire et elle n'avait pratiquement aucune nouvelle. Pas qu'elle en chercha non plus, loin de vouloir l'étouffer, mais quand même ... La petite voix qui tentait depuis le début de lui souffler que cette idylle était vouée à mal finir se faisait de plus en plus pressante depuis son départ. La distance physique n'avait d'ailleurs rien à voir avec son état d'esprit : elle sentait, savait, qu'il s'éloignait psychiquement également. Sans pouvoir le rattraper. Tétanisée à l'idée que son inconscient ait toujours eu raison. Voilà pourquoi elle trainait des pieds. A cause du marasme inhabituel qui l'habitait et aussi ... Le south quoi ! « Allez, met tes chaussures et on décolle ! Igor arrive dans dix minutes ! » Casey soupira. « Su-per. » maugrée-t-elle, se demandant si Hanoukka a commencé pour qu'on lui demande de tenir ainsi la chandelle dans le plus grand des calmes. Elle qui n'est même pas juive, en plus. Elle s'y voit déjà :  Igor et Trish se raclant les amygdales pendant qu'elle écluse mojito sur mojito. Avec un peu de chance, elle aura roulé sous la table avant qu'ils grimpent dessus.

C'est à peu près dans cet état d'esprit, soit pas motivée pour deux sous, qu'elle débarque dans le bar trois bon quarts d'heure plus tard, suivant le chemin tracé par la pétulante Trish et son garde-du-corps-pompier-en-vrai-et-russe-aussi. Tandis que les deux premiers se mettent en quête d'une table, elle se plante devant le comptoir. Elle a décidé, le barman sera son meilleur ami pour la nuit. « Vous avez des mojitos ? » Le type la lorgne d'un drôle d'air. « Non, on en fait pas. » Pas le genre de la maison. Nouveau soupir. Elle affale ses bras sur le bois strié par des années de raclements de verre. « Même pas un tout petit ? » geint-elle, frôlant le désespoir de celle dont toutes les attentes sont foulées du pied par l’œil bovin de son interlocuteur. « Pas même en cannette, ma jolie. Bière ? » La main de la jeune femme fauche l'air. Elle rend les armes. « Va pour une bière alors. Une brune. Avec le plus de degrés possible ! » L'employé acquiesce. Elle s'apprête à se retourner afin d'observer la salle quand une voix la surprend. Elle ne la remet pas tout de suite. Pour dire la vérité, elle l'entend à peine, trop occupée qu'elle est à se flageller intérieurement d'avoir laissé Trish la traîner ici alors qu'elle se rêvait d'un sac de sable et de ses gants de boxe. Elle capte tout juste la familiarité avec laquelle l'homme s'adresse à elle. Comme s'ils se connaissaient. Une erreur, sûrement. De dos, ça arrive souvent. « J'crois que tu te trompes de joli petit cul bombé, chér... » commence-t-elle tout en pivotant vers l'homme. S'arrête net tandis que son cœur rate au moins deux battements et qu'elle retient son souffle. « Mike ? » expulse-t-elle alors cet air coincé dans ses poumons. Mike. Depuis combien de temps n'a-t-elle pas prononcé ce prénom ? Avait-elle seulement pensé que cela se reproduirait un jour ? Certes, l'officier a pris au moins quinze centimètres de cheveux et autant de poils de barbe, mais ... C'est lui. « Putain ! Mike ! » A peine s'est-elle écriée qu'elle se jette contre lui. Le serre contre elle, plus exactement. Il ne se dégage plus de cette silhouette massive l'odeur de sable brûlant du désert, ni de cette lessive amidonnée immonde avec laquelle on nettoyait leurs uniformes. Seuls les effluves familiers de la cigarette ont traversé l'océan. Oui c'est lui. Ça ne peut être que lui. Elle rompt l'étreinte, ses joues rouges creusées en un sourire gigantesque. « Mais qu'est-ce que ... Tu fous là ?! Quatre ans après, à me proposer encore un putain de diabolo menthe ! En ... En civil ! » Elle n'en croit pas ses yeux. Ni aucun de ses cinq sens. Presque quatre années plus tard, voilà que son passé vient frapper à sa porte dans un bar du south.


you could break my heart
in two
but when it heals it beats for you


La grosse pâté sur la cb:

Re: Les fantômes de préviennent pas quand ils débarquent [Casey]

le Mar 14 Aoû - 19:17
avatar
It's All My Fault



40%



Messages : 8
Date d'inscription : 10/08/2018
Avatar : Charlie Hunnam
Âge du personnage : 34
Nationalité(s) : Américaine
Mon personnage, en 5 mots : Bon vivant, aimant, protecteur, abîmé, impulsif
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Docker, ancien militaire
Études (passées ou en cours) : Diplôme du secondaire
Hobby : Biker
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Divorcé(e)
De : D'une femme adultère et sans scrupules

Les quartiers du Sud me ressemblent plus qu’ils ne ressemblent à Casey, élevée dans le confort et pratiquement la luxure, quoi que si, par rapport à mon bungalow pourri au fin fond du trou du cul du monde, c’est du luxe, mais tout est luxe quand on compare mon terrain de jeu gamin à celui des autres. Sans doute pour ça que la poussière et le sable ne représentaient pour moi pas un obstacle insurmontable, ni même une gêne à prendre en compte.
Quand je suis revenu sur le sol américain, bien que j’aurais préféré poser les pieds ailleurs, je me suis retrouvé à Los Angeles, alors j’y suis resté, pourquoi pas après tout. Et je me rends compte trainer dans les quartiers moyens, modestes, voir en dessous de la moyenne mais qu’importe, je suis docker, pas grand avocat. Je n’ai pas le talent de Casey pour tout ce qui touche à la matière grise. C’est une tête, elle le sait, on en discutait assez de son goût pour les études. Moi, il me fallait bouger, tout le temps. Je ne supportais pas de rester sur un banc, sur une chaise toute la journée, ça n’aurait eu aucune chance de rentrer de cette façon.
« J'crois que tu te trompes de joli petit cul bombé, chér... » J’esquisse un sourire, son humour à la con, parfois même un peu potache, son humour de caserne. « Putain ! Mike ! » « Ouais, Mike. J’ai un peu plus de classe que ça quand même. » Je ris à mon tour, et l’entoure de mes bras, son corps frêle. Je sais que je laissais à désirer parfois sur la galanterie mais de là à juger si modestement son joli petit cul, bombé, elle a raison ceci-dit, belle appréciation. Un tout petit peu plus de finesse, c’est au moins ce que je m’accordais. Moi le soldat élevé dans la profonde campagne.

Beaucoup de choses me reviennent en tête de l’époque où nous étions au front. Ces nuits en tête à tête, à faire l’amour puis à débattre jusqu’à ce que le jour se lève et qu’il nous soit forcé de redevenir de parfaits inconnus, ou presque. Hors de question d’entamer quelconque histoire d’amour. Ça n’était pas le sujet et encore moins notre mission. Trop de choses en tête, trop d’horreur à confronter pour avoir la tête à ça. Mais il était vrai que trouver du réconfort dans les bras d’une personne familière avec qui l’on pouvait se permettre de le luxe de discuter, était déjà un gros plus. On prenait ce qu’on avait à prendre et le reste se laissait de côté. Le pragmatisme est sans doute l’aspect le plus clair de toute cette expérience, tout ce qu’on a pu apprendre du pragmatisme… Et que l’on garde sans doute encore un peu aujourd’hui, malgré nous, quelque-part en nous, quoi qu’on en dise.
« Mais qu'est-ce que ... Tu fous là ?! Quatre ans après, à me proposer encore un putain de diabolo menthe ! En ... En civil ! » « Réformés ma belle. Ces enfoirés ont tout foutu en l’air. Un peu plus, un peu moins… Chacun a été prié de rentrer, et surtout de fermer sa gueule, tu connais la chanson. » Mais je sais que sa vraie question est plutôt de savoir ce que je fous dans ce coin là des Etats-Unis. « Je suis docker, ici, dans le South. » Haussant les épaules en terminant ma bière que je repose sans un bruit sur le comptoir de zinc. « Mais ce que j’aimerais savoir moi, c’est plutôt ce que toi tu fous ici. C’est presque aussi craignos que le désert ce genre de quartiers pour toi. C’est presque exotique, non ? » Je m’amusais beaucoup de son côté bourgeois, qu’elle avait beau tenté de minimiser, certaines attitudes la trahiront toujours d’une façon ou d’une autre.
Le serveur derrière moi interloque Casey, tout fier. « Hey ma jolie, regarde ce que j’ai trouvé ! » Une vieille canette de mojito. Et il compte marquer des points lui ? « Mec, remballe, t’es ridicule. » Me penchant à son oreille. « C’est décidément l’enfer ici, pas de mojito. » Je me fous d’elle, clairement. Mais elle adorait ça. La nuit en tout cas…

Re: Les fantômes de préviennent pas quand ils débarquent [Casey]

le Mer 15 Aoû - 2:20
avatar
Kingdom Come



50%



Messages : 512
Date d'inscription : 15/03/2018
Avatar : Willa Holland
Crédits : nightblood (ava) ; beylin & Oscar (signa)
Autres comptes : Morena Zamora
Âge du personnage : 26 ans.
Nationalité(s) : Américaine.
Signe astrologique : Gémeaux
Mon personnage, en 5 mots : Tête brûlée ; Honnête ; Maladroite ; Secrète
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Ambulancière.
Études (passées ou en cours) : Ancienne infirmière militaire démobilisée.
Hobby : Le happy hour & la boxe.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : En couple
Avec : Tyler Alcott.
http://www.its-all-my-fault.com/t660-casey-griffith-fireworkshttp://www.its-all-my-fault.com/t780-casey-griffith-thunderstuckhttp://www.its-all-my-fault.com/t784-casey-griffith-213-911-512http://www.its-all-my-fault.com/t787-cas-sos
En ligne

Réformés. Le mot fait quelques loopings dans son cerveau déjà lancé à toutes bringues. Elle le connaît bien et surtout, oui, elle entend parfaitement la chanson - vieille ritournelle éculée aux relents de défaite. Bien que pour sa part, elle n'ait été que démobilisée et donc, susceptible d'être appelée à n'importe quel moment qui chanterait au commandement. Elle doute que cela se produise. Elle n'a pas été ... Tout à fait honnête sur les véritables raisons de son retour à la vie civile. Présentement, en réalité, seul Mike est au courant. « Ouais, ça me rappelle de vagues souvenirs ... » grommèle-t-elle, son sourire perdant quelque peu de son éclat. Aussitôt retrouvé. Face à de telles retrouvailles, elle refuse de voir sa bonne humeur assombrie par de désagréables réminiscences. « Docker ? Cool ! Je suppose qu'ils ont pas réussi à te coincer derrière un bureau. » Si son nouveau métier est pour le moins inattendu, le fait qu'il ait très certainement refusé un poste dans l'une de leurs usines à gratte-papiers, en revanche, ne l'étonne pas le moins du monde. Le Mike dont elle se souvient était un homme d'action, de terrain, le genre à pouvoir tenir soixante-douze heures éveillé, mitrailleur toujours au poing et œil vif. Et apparemment, lui non plus n'a pas oublié ses préférences de sortie. De l'index, elle désigne la banquette où Trish et Igor se sont installés. « C'est ma coloc' qui m'a traînée ici. Elle essaie de s'encanailler, comme tu peux le voir ... » La blonde en question est à moitié allongée sur son petit-ami, lèvres contre les siennes, langue raclant certainement sa glotte - bien que leur point de vue ne leur permette pas de s'en assurer. Quel dommage. « ... Et m'a déjà oubliée. L'effet baiser sibérien, je suppose. » termine-t-elle, petit sourire sardonique en coin, ne semblant pas le moins du monde vexée que ses amis aient transformé leur sortie en trio, en binôme fiévreux. Force de l'habitude. Plutôt ça que de se retrouver encore à danser sur le bar.

Ils sont soudain interrompus par le serveur. Son sauveur. Son messie même ! Il brandit une cannette de mojito industriel et qu'importe que se soit certainement de la bouse industrielle, tout à coup, l'offrande lui paraît sacrée. « Chuuuuut ! L'écoute pas ! Il ne sait pas ce qu'il dit, il a pris un coup de barre à mine sur la tête en Irak ! » s'empresse-t-elle de répliquer au serveur en tendant des mains avides vers la boisson pêchée juste pour elle. Idéal pour détourner son attention de la bouche de son ancien collègue si près de son oreille. C'est que, voyez-vous, le corps a de la mémoire. « Je peux te demander en mariage ? » interroge-t-elle le barman, lequel part dans un éclat de rire. « Désolé ma belle, toi et moi, on chasse le même gibier ! » Gay. Ah. Tant pis pour la publication des bans. Le faux mojito suffira. Elle le paie avant de se tourner à nouveau vers Mike. « Et si on quittait ce premier cercle de l'enfer pour aller se balader ? Enfin, si tu peux lâcher ... Qui que ce soit avec qui tu es venu. A moins que tu sois juste venu seul philosopher sur la vie avec mon nouveau copain le barman, histoire de bien respecter le cliché de l'ancien militaire un peu trop porté sur la bouteille ! » Œil pour œil ... La loi du Talion a toujours été le code préféré de l'ambulancière. En ça, elle n'a pas changé elle non plus.


you could break my heart
in two
but when it heals it beats for you


La grosse pâté sur la cb:

Re: Les fantômes de préviennent pas quand ils débarquent [Casey]

le Mer 15 Aoû - 13:55
avatar
It's All My Fault



40%



Messages : 8
Date d'inscription : 10/08/2018
Avatar : Charlie Hunnam
Âge du personnage : 34
Nationalité(s) : Américaine
Mon personnage, en 5 mots : Bon vivant, aimant, protecteur, abîmé, impulsif
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Docker, ancien militaire
Études (passées ou en cours) : Diplôme du secondaire
Hobby : Biker
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Divorcé(e)
De : D'une femme adultère et sans scrupules

C’est plutôt étrange de me retrouver ici et de devoir lui raconter comment ça a tourné depuis qu’elle eut été forcée de partir. Je n’ai même pas pu lui apprendre comment ça a fini pour notre unité, qu’elle adorait pourtant. Elle trouvait souvent refuge près de nos tentes. Elle en a tellement vu sur le terrain… Sans pour autant perdre son humour, et je voyais en ce dernier une lueur d’espoir. Tant qu’il y avait de quoi faire de l’esprit, il y avait de l’espoir. Et puis on a tous été priés de rentrer en silence, surtout en fermant bien la gueule qu’ils nous avaient demandé d’ouvrir quand il le fallait. Sauf qu’ils préfèrent des chiens dociles à d’autres esprits un peu libres qui pourraient avoir le malheur de penser par eux-mêmes. Le savoir c’est le pouvoir et c’est bien ça qui les terrifiaient.
Aujourd’hui nous avons tous dû tourner la page. Je sais pour autant que Casey n’a jamais pu abandonner le milieu médical, elle s’est trop battue pour en arriver là où elle était. Je ne sais que peu de choses sur elle, mais on sentait chez elle cette volonté de réussir et le fait qu’elle soit prête à faire les sacrifices pour. Mon but à moi était plutôt un idéal, et je me suis bien foutu dedans. On me reparlera du patriotisme. « Docker ? Cool ! Je suppose qu'ils ont pas réussi à te coincer derrière un bureau. » « Je me préfère mort que derrière un bureau. » Et elle le sait, la patience n’a jamais été mon fort. Je suis impulsif et j’aime que tout se passe du premier coup, sans accroc. Je suis pourtant le roi de la débrouille mais ça a intérêt à rouler comme prévu parce que je peux facilement passer mes nerfs sur le premier truc qui passe. « C'est ma coloc' qui m'a traînée ici. Elle essaie de s'encanailler, comme tu peux le voir ... » Je jette un œil sur la banquette, largement occupée par deux personnes, qui j’imagine, s’explorent mutuellement la cavité buccale. Pourquoi pas. « ... Et m'a déjà oubliée. L'effet baiser sibérien, je suppose. » « Tu tiens la chandelle quoi. C’était pourtant pas ton habitude… » Lâchais-je avec un sourire complice en lui lançant un regard en coin. Elle sait très bien de quoi je parle. Même si ce n’est qu’à demi-mots.

Le serveur lui sert de sauveur. Non mais on va vite se calmer, il la drague je crois et je me rends compte que ça ne me plaît pas, de quel droit ?! De quel droit je ressens ce genre de trucs pour une nana qui doit sans doute avoir une vie bien rangée et dans laquelle je ne suis pas compté ! Reste à comprendre. Mais parfois mes sentiments et ce qui se passe autour de la rationalité dans mon cerveau, tend à s’emmêler. « Je peux te demander en mariage ? » « Wow… Elle a un peu trop bu je crois. C’est une bonne idée l’alcool Casey ? » Je lui pose la question, même si elle est de toute façon adulte… « Désolé ma belle, toi et moi, on chasse le même gibier ! » Gay. Soulagement. Pourquoi au juste ? J’ai toujours apprécié Casey et n’ai jamais été possessif. « Et si on quittait ce premier cercle de l'enfer pour aller se balader ? Enfin, si tu peux lâcher ... Qui que ce soit avec qui tu es venu. A moins que tu sois juste venu seul philosopher sur la vie avec mon nouveau copain le barman, histoire de bien respecter le cliché de l'ancien militaire un peu trop porté sur la bouteille ! » « Et dans ton cliché on y mélange du Brokeback Montain ? Non parce que c’est pas ma came. » Sur le même ton ironique qu’elle, et je lui escorte la voie en lui prenant la main pour lui frayer un chemin au travers de la foule compacte qui se presse autour du bar.

Enfin l’air libre. Je me retrouve à marcher les mains dans les poches à ses côtés, en train de se délecter d’un mojito en canette, quelle tristesse maintenant que tout nous est accessible. « Ça donne quoi ta nouvelle vie ? T’as pas pu quitter la médecine. Ça te plaisait trop. » Moi j’ai dû rendre les armes, je n’ai jamais eu aucun goût pour la violence gratuite, et j’allais finir par faire un carnage. Nous longeons les quais, et quand j’aperçois un panneau proposant des mojitos pour quelques dollars et que chacun en a un sur sa table, j’attrape le sien, lui retirant des mains, pour le jeter directement à la poubelle. « Changement de programme, on va se mettre à la qualité. 45°C à l’Est soldat. » Je la pousse dans la direction voulue et commande un mojito et une autre bière. « Tu pourras dire que je n’ai rien perdu de mon talent, j’ai sauvé ta soirée. » Le déposant juste devant elle une fois que nous avons trouvé une table en terrasse.

Re: Les fantômes de préviennent pas quand ils débarquent [Casey]

Hier à 2:24
avatar
Kingdom Come



50%



Messages : 512
Date d'inscription : 15/03/2018
Avatar : Willa Holland
Crédits : nightblood (ava) ; beylin & Oscar (signa)
Autres comptes : Morena Zamora
Âge du personnage : 26 ans.
Nationalité(s) : Américaine.
Signe astrologique : Gémeaux
Mon personnage, en 5 mots : Tête brûlée ; Honnête ; Maladroite ; Secrète
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Ambulancière.
Études (passées ou en cours) : Ancienne infirmière militaire démobilisée.
Hobby : Le happy hour & la boxe.
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : En couple
Avec : Tyler Alcott.
http://www.its-all-my-fault.com/t660-casey-griffith-fireworkshttp://www.its-all-my-fault.com/t780-casey-griffith-thunderstuckhttp://www.its-all-my-fault.com/t784-casey-griffith-213-911-512http://www.its-all-my-fault.com/t787-cas-sos
En ligne

« C'est vrai que maintenant que tu le dis ... » Elle saisit une mèche des cheveux de l'ex-militaire du bout des doigts, un sourire malicieux aux lèvres. « ... T'as comme un petit air d'Heath Ledger ! » Paix à son âme, d'ailleurs. Et plutôt sympa le compliment ... Si elle ne se moquait pas de lui, évidemment. Bonne joueuse, elle se laisse néanmoins entraîner hors du bar où la foule afflue à mesure que les aiguilles de l'horloge avancent. L'heure tardive attire les indigènes mais elle ne s'inquiète pas pour sa plantureuse colocataire : vue la masse d'Igor, elle doute qu'un groupe quelconque prenne le risque de les aborder. Et de toute façon, ils auront déjà sûrement quitté l'endroit, chauds bouillants qu'ils sont, avant que l'idée germe. D'ailleurs, il faudrait peut-être qu'elle la prévienne de sa fuite ... Nouveau coup d'oeil vers les deux amants. Elle est à peu près sûre que Trish vient de descendre la braguette d'Igor. Ouais, bon, on verra plus tard.

L'air de Los Angeles est moins étouffant ici, non loin du port où les bateaux et leurs chargements ont été rangés pour la nuit. Son ersatz de mojito à la main, la jeune femme profite de cette impression de ne plus être complètement moite et en sueur. Et de la présence étrangement familière de Mike. Quatre ans et pourtant, comme si c'était hier. Les embruns charrieraient quelques grains de sable saharien que cela ne l'étonnerait même pas.  Soudain, c'est comme si elle retrouvait son chignon serré et son uniforme. C'est à la fois agréable et terriblement déroutant. Car de cette vie-là, elle en est revenue ... Du moins le croyait-elle jusqu'à ce que son fantôme des Noëls passés personnel ne refasse surface. « T'as raison et en même temps, pas tout à fait. J'ai bossé quelques temps comme infirmière remplaçante un peu partout jusqu'à passer mes équivalences d'ambulancière. Moins bien payée mais plus d'action. » répond-elle avec un clin d’œil. Entre les foyers de vie, les maisons de retraite et les différents services des hôpitaux ... Elle avait donné. La caserne lui convenait beaucoup plus. Surtout qu'elle avait un binôme pour le moins ... Intéressant. « Hey ! Mais qu'est-ce que tu fais ?! » Mike venait de lui ravir son Précieux des doigts sans préavis. Nul doute que si le cadet Griffith n'avait pas suivi les ordres d'orientation de son supérieur, elle aurait plongé tête la première dans la poubelle pour le récupérer - avec toute la classe et la dignité qui la caractérisaient. « Oh. » Des mojitos ! Des vrais ! Ses yeux brillent de mille petites étoiles anticipant la saveur de son cocktail préféré, dont elle s'empresse de s'emparer alors que son compagnon revient avec leurs verres. « Ce syndrome du super-héros te suit jusque dans les mojitos ! A ce stade, pense à consulter ! » s'amuse-t-elle avant de lever son verre en un début de toast, un soudain air sérieux ornant ses traits : « A nos retrouvailles ! Je suis contente de te revoir ... En vie. » Ils trinquent sous sa mine assombrie, laquelle reprend quelques couleurs gaies quand elle demande : « Pourquoi L.A. ? J'croyais que t'avais dit que tu remettrais plus jamais les pieds dans ce pays. » Question justifiée dans la mesure où si elle n'avait pas eu de famille - ou du moins, si elle avait été brouillée avec -, elle aurait plutôt déménagé aux Caraïbes. Ou Majorque. Une petite place sous un soleil plus clément envers les expatriés, en somme.


you could break my heart
in two
but when it heals it beats for you


La grosse pâté sur la cb:

Re: Les fantômes de préviennent pas quand ils débarquent [Casey]

Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant