Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
IT’S ALL MY FAULT,
YESTERDAY'S NEWS |48

British asshole. - Andren.

le Dim 12 Aoû - 0:25
avatar
It's All My Fault



70%



Messages : 37
Date d'inscription : 04/08/2018
Avatar : Gigi Hadid
Crédits : Angie (avatar), excelsior (signature)
Âge du personnage : 26 ans
Nationalité(s) : Américaine
Mon personnage, en 5 mots : en cours.
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Ingénieur R&D dans l'automobile
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire (par choix)
http://www.its-all-my-fault.com/t2547-karen-prescott-radioactivehttp://www.its-all-my-fault.com/t2550-karen-prescott-213-520-1960#47017
En ligne

Mon regard se perd sur la foule qui passe pendant Anna me parle de son nouveau crush. Je l’ai déjà rencontré pour avoir été présente à leur rencontre.

Pour information, ils se sont rencontrés sur un site de rencontre. Évidemment, première rencontre, la copine est toujours à 10 mètres derrière au cas où ça ne se passe pas bien ! Et bien, c’était moi ! Ce fut un moment écœurant, je peux dire que j’ai failli fuir les lieux mais bon…

Bref, pour revenir à la discussion que j’ai actuellement avec mon amie au restaurant, elle me parle de lui comme si c’était déjà du tout cuit. « Il est merveilleux ». « Il est tellement beau… » Je lâche un soupire, totalement saoulée par tant de niaiseries.

*les hommes sont des idiots, quand est-ce que tu vas déchanter, fillette ?*

Mais bon, si elle est heureuse, pourquoi ne pas m’en contenter ? Ce n’est pas parce que j’ai été doublée par un homme en plus de devoir vivre avec ça toute ma vie que je ne dois pas me réjouir du bonheur de mes amies avec les hommes. J’acquiesce avec un sourire, me disant que j’ai l’impression de plus le connaitre que je devrais…

Heureusement, ce soir, Anna a un diner de famille. Je n’aurais pas à devoir à supporter une rengaine sur un mec qu’elle vient à peine de rencontrer. Je me prépare comme à mon habitude. Belle à faire tourner des têtes avec cette robe si courte qu’elle frôle l’indécence sans parler du décolleté qui va avec.

*Tu pars en chasse ? T’es au courant que ça a fait la dernière fois ?*

Un soupire s’échappe de mes lèvres alors que je quitte le reflet de mon miroir pour rejoindre mes amies. Ce soir, on boit, on s’amuse ! Plus de problèmes ! On va se lâcher ! Et l’ambiance est déjà là quand nous faisons nos premiers pas dans le nightclub.

J’attrape la main d’une amie pour l’attirer sur la piste de danse, prête à me déchainer ! Nous nous déhanchons comme des diablesses jusqu’à ce que la soif a raison de nous. Je m’assois à une table pendant que l’autre partie du groupe va chercher à boire. Mon regard scrute les lieux. C’est alors qu’un « couple » attire mon attention.

Ou plutôt, l’homme du couple. Je suis obligée de le fixer durant plusieurs minutes, mais c’est bien lui. Je dois avouer que j’ai du mal à y croire. Andreas Klein. Finalement, cet homme est aussi beau qu’il est fidèle aux femmes.

Ça me rappelle quelqu’un.

Ce rapport me renverse le cœur et je ne peux m’empêcher de sentir la colère me monter. Mes doigts serrent le cuir de mon fauteuil en observant ce séducteur batifoler avec cette inconnue.  

Au bout d’un certain temps, je les vois s’éloigner de mon champ de vision. Je termine le verre que l’on m’a apporté et je décide de les suivre.

Au fond de moi, je n’ai pas envie d’y croire que c’est lui.

*Merde ! Qu’est-ce que je fous là ?*

Je suis finalement derrière eux, dans le couloir qui mène à un appartement. Et vu qu’il prend les devants, je pense que c’est le sien. Je m’en fiche, il va baiser cette pute ! Il se fout totalement d’Anna ! Pire, c’est comme s’il la trompait !

Alors que je le vois s’enfoncer dans son appartement, je fais les derniers pas jusqu’à eux pour attraper la fille par le cou : « Casses-toi, ça vaut mieux ! » Je lui lance un regard des plus cinglants. Vu la tête qu’elle fait, je pense que ça va pas aller loin. Une certaine peur se lit sur son visage avant de s’écarter de moi et s’enfuir.

Je profite de la surprise pour pousser ce petit con dans le dos avec une certaine violence. Enfin, avec la force que j’ai quoi ! « Alors comme ça, tu fais partie des petits cons de service ? » dis-je, toujours aussi cinglante.


Give me everything, babe !

   
⋆ Your heart, your money, your love...

   
      

Re: British asshole. - Andren.

le Mer 15 Aoû - 19:10
avatar
I'm a Mother Fucker



50%



Messages : 34
Date d'inscription : 02/08/2018
Avatar : Marcus Hedbrandh.
Crédits : Liz ♥
Autres comptes : Aaron Campbell (ft. Henry Cavill) & Alice Norton (ft. Emily Didonato)
Âge du personnage : 30 ans.
Nationalité(s) : Anglaise & américaine.
Signe astrologique : Poisson
Mon personnage, en 5 mots : Individualiste. Entreprenant. Franc. Sportif. Joueur.
Quartier de résidence : Central
Carrière, métier ou job : Enseignant et consultant en marketing.
Études (passées ou en cours) : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Hobby : Le surf / le piano.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire (par choix)
http://www.its-all-my-fault.com/t2534-andreas-klein-things-we-lohttp://www.its-all-my-fault.com/t2548-andreas-klein-213-321-9876http://www.its-all-my-fault.com/t2559-andysaysno
Elle s’appelait Marnie. Elle avait vingt-huit ans et était la responsable d’une boutique de prêt-à-porter pour enfants.

Par chance, la marmaille n’était pas son sujet de discussion favori. Si cela avait été le cas, Andreas aurait probablement fait semblant de les adorer pour ne pas louper l’occasion de ramener Marnie chez lui cette nuit-là. Car il fallait préciser que cette femme était tout ce qu’il y avait de plus désirable aux yeux de l’Anglais. Blonde aux cheveux longs et ondulés, des yeux bleus à en faire chavirer un gay et un corps à se damner. Digne d’une surfeuse australienne, un cliché qui ne laissait jamais insensible Andreas. Et quand il trouvait une femme à son goût, il savait soudainement aussi bien manier la langue féminine que sa langue natale - ce qui était assez remarquable pour le noter, compte tenu des nombreuses baffes qu’il s’était pris de la gente féminine pour manque de tact.

Mais il avait pourtant cette capacité à adopter une démarche à la fois intéressée et indifférente qui poussait ses cibles à mordre davantage à l’hameçon. Et il semblerait que ce soir-là, dans cette boite de nuit, la dénommée Marnie ait été victime de cette fourberie. Les pommettes saillantes, le regard indécrochable, elle écoutait l’Anglais lui raconter une énième anecdote à son sujet, comme la fois où il s’était ramené à un examen de piano complètement bourré et qu’il avait joué du Lady Gaga au lieu de jouer son menuet classique. Bien évidemment, Marnie éclata de rire et en redemanda. Andreas savait parler de lui quand une fille le regardait avec ces yeux-là. Il n’était pas particulièrement secret et prenait même plaisir à se dévoiler, quand bien même il était le seul à le faire.

« Chez toi ou chez moi ? » Avait-elle finalement demandé après qu’il ait payé leurs consommations. Et il n’en avait pas fallu plus pour raviver la flamme. « J’habite à côté. » Qu’il avait répondu avec un léger balancement de tête, l’invitant à le suivre hors de la discothèque. Leur prochaine destination n’était pas plus son appartement qu’une nuit agitée. Un de ces programmes dont le trentenaire se satisfaisait occasionnellement, quand l’envie s’en faisait ressentir. Il n’avait pas honte d’enchaîner les conquêtes sans se fixer, mais il ne s’en vantait pas non plus. C’était un fil de vie dont il se contentait somme toute plutôt simplement.

Mais ce soir-là n’opérerait pas sans un revers de médaille. Il venait d’ouvrir la porte de son appartement quand Marnie se fit littéralement harponner. Andreas eut à peine le temps de se retourner, son attention se fixa directement sur l’élément perturbateur et quelque peu sauvage à en constater sa manière d’approche. Marnie adressa un regard à la fois effrayé et nerveux à Andreas avant de se «casser» comme cela lui avait été suggéré. La bouche ouverte par sidération, il la regarda s’en aller sans rien dire. Déjà la folle reprenait la parole, à son adresse cette fois. Il mit un moment avant de percuter et les sourcils froncés par le malaise, il s’exprima. « Mais t’es qui, putain ? » N’y aurait-il que des scènes déplaisantes, sur ce pallier d’immeuble ? Ou était-ce pour lui faire payer d’être parti si longtemps que le sort s’acharnait sur lui ? Le pire chaque fois était qu’il n’y comprenait rien. Une pauvre victime. C’est tout du moins ce qu’il croyait.

Ne pouvant refermer la porte de son appartement puisque la blonde furax y était entré sans permission, Andreas resta planté à côté en résistant à l’envie de la prendre par le bras pour la dégager vite fait ; qu’est-ce qu’une fille comme elle pourrait faire de pire que de provoquer la fuite de son plan cul, après tout ? « Est-ce que je peux savoir pourquoi t’as fait ça, là ? Ou c’est trop te demander » Renchérit-il en la reluquant de haut en bas, à moitié gêné. Sa robe était aussi petite que son savoir-vivre et c’était peu de le dire.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant