Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
IT’S ALL MY FAULT,
YESTERDAY'S NEWS |48

the other half of me

le Dim 5 Aoû - 22:40
avatar
I'm a Mother Fucker



50%



Messages : 55
Date d'inscription : 02/08/2018
Avatar : Marcus Hedbrandh.
Crédits : Liz ♥
Autres comptes : Aaron Campbell (ft. Henry Cavill) & Alice Norton (ft. Emily Didonato)
Âge du personnage : 30 ans (16/03/88).
Nationalité(s) : Anglaise & américaine.
Signe astrologique : Poisson
Mon personnage, en 5 mots : Individualiste. Entreprenant. Vantard. Sportif. Joueur.
Quartier de résidence : Central
Carrière, métier ou job : Enseignant et consultant en marketing.
Études (passées ou en cours) : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Hobby : Le surf / le piano.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire (par choix)
http://www.its-all-my-fault.com/t2534-andreas-klein-things-we-lohttp://www.its-all-my-fault.com/t2548-andreas-klein-213-321-9876http://www.its-all-my-fault.com/t2559-andysaysno

August 2018

the other half of me
Adelaïde & Andreas


Le délicat parfum de l’Europe s’éloignait un peu plus à chaque minute, tandis que celui de l’immense et chaleureuse Amérique embaumait ses narines à nouveau, après tant de mois passés si loin de sa patrie adoptive. Andreas était triste de quitter le territoire allemand mais il se réjouissait aussi de retrouver la ville dans laquelle il s’était construit une vie somme toute assez épanouie. Après avoir quitté son père à l’aéroport de Berlin, le jeune homme s’était imaginé retrouver Adélaïde et ses autres amis, sa petite sœur qui avec la distance était mystérieusement devenue plus intéressante. Peut-être aussi qu’elle devenait une femme, enfin. Quant à sa mère, il prendrait soin de l’éviter le plus possible. Lui avait-il envoyé un message pour la prévenir qu’il rentrait au bercail ? Pas à son souvenir. Est-ce que ça changerait quelque chose à leur existence réciproque ? Il en doutait.

Quatorze heures de vol avec à proximité, non pas un hublot mais des enfants brailleurs. Andreas se répéta ce qu’il se répétait intérieurement chaque fois qu’il croisait une telle marmaille : faites l’amour, pas la guerre, et des enfants, ça s’apparente à une guerre certaine. En quittant l’avion, il bénit les nombreux préservatifs qui lui avaient sauvé la vie jusqu’alors. Puis il pénétra à l’intérieur de l’aéroport de Los Angeles comme s’il s’agissait de sa maison. Pour s’y rendre plus souvent qu’occasionnellement, Andreas connaissait très bien ses recoins. Sa destination était, plus qu’un lieu, une personne. Il ne pensait plus qu’à elle et à son corps contre le sien, qu’il étoufferait probablement.

Adélaïde était aussi chère aux yeux d’Andreas que l’était sa sœur Lena. S’il ne devait en sauver qu’une, il serait littéralement perdu et deviendrait fou face à la difficulté du défi. Par chance, il n’y aurait jamais aucun choix à faire. Et dans cette salle d’attente d’aéroport, l’Anglais ne vit qu’elle, plantée au beau milieu de la foule. Ses cheveux plus longs, son teint plus hâlé que quand il était parti. A moins que ce ne soit ses souvenirs qui l’induisirent en erreur, après autant de temps passés loin l’un de l’autre. Dans tous les cas, Andreas se dirigea vers elle et, à la seconde où elle le vit, l’attrapa dans ses bras sans lui laisser le temps d’en placer une. Tout contre lui, il la serra à l’en empêcher de respirer, probablement. Mais peu importait. Elle lui avait tant manqué que cela méritait bien une étreinte de plusieurs minutes.

Les yeux fermés, qu’il n’ouvrit qu’au bout d’un long, long moment. Elle n’avait pas bougé, était toujours contre son torse. « Est-ce que tu penses que les gens ont compris, là, que t’es ma meilleure amie et que plus personne n’a le droit de te faire du mal ? » Demanda-t-il à l’adresse de sa protégée, arborant en premier lieu une mine faussement interrogative, puis un sourire des plus significatifs.

Re: the other half of me

le Mer 15 Aoû - 18:39
avatar
MEMBER OF THE MONTH



100%



Messages : 365
Date d'inscription : 12/03/2018
Avatar : Nina Agdal
Crédits : malbe (ava) • anesidora (code sign)
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Gwyneth Barclay.
Âge du personnage : vingt-huit ans (21/03/1990)
Nationalité(s) : Américo-Argentine
Signe astrologique : Bélier
Mon personnage, en 5 mots : Honnête • Charismatique • Passionnée • Joueuse • Séductrice
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Bras droit de son père, propriétaire de Marriott International, directeur général du Ritz-Carlton de Los Angeles.
Études (passées ou en cours) : Communication Marketing
Hobby : La danse. Le dessin.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : En couple
Avec : Aaron Campbell depuis septembre 2017 mais ça commence doucement à se compliquer...
http://www.its-all-my-fault.com/t505-adelaide-sullivan-baby-http://www.its-all-my-fault.com/t1284-adelaide-sullivan-213-511-5985#21235http://www.its-all-my-fault.com/t1233-a-sully#20132
Elle avait attendu ce moment des mois durant. Pendant cette année, elle avait hésité à sauter dans un avion pour le rejoindre en Allemagne quelques jours mais il avait beaucoup de travail, elle avait ses études puis un début de carrière auprès de son père qui avait démarré sur les chapeaux de roues. Pas assez de temps, vraiment pas. Elle aurait bien voulu profiter d'un voyage d'affaire pour lui faire une surprise. Ça aurait été possible si la compagnie aérienne avait fait son travail correctement. A la place de le voir, elle avait eu le droit d'être occupée un peu plus encore en leur collant un procès. Aujourd'hui était un jour d'autant plus précieux. D'emblée, elle avait prévenu ses proches qu'il ne fallait pas compter sur elle aujourd'hui. Elle était joignable qu'en cas d'extrême urgence - qu'elle jugerait elle-même évidemment. Un an. Douze mois. C'était beaucoup trop long et les heures qui la séparaient encore de lui comptaient double. Même lorsqu'elle était à l'hôpital, ils s'étaient vu plus de fois que les mois qui précédaient cet instant. Elle avait la sensation que chacune des heures durait une éternité jusqu'à ce qu'elle se retrouve devant les panneaux lumineux de l'aéroport.

Sur place, un stress singulier au creux de son estomac s'était installé. Elle ne saurait pas vraiment l'expliquer mais c'était là, lourd, pas forcément très agréable. Ses iris ne quittaient pas le panneau des débarquements et quand l'avion d'Andreas était annoncé sur le tarmac, les larmes lui montaient aux yeux alors qu'elle se jurait déjà de ne pas bêtement pleurer quand il allait arriver. Le manque, l'émotion, c'était donc ça qui pesait tant et la retournait complètement. L'impatience venait se loger dans son cœur. Elle savait qu'il fallait de longues minutes pour faire descendre les passagers, qu'elle devait encore attendre et pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de déjà le chercher du regard. Il lui manquait tellement. Une partie d'elle était partie avec lui, il avait laissé un vide derrière lui qu'elle n'avait pas su combler.

Andreas était unique, il était le seul à faire naître ce sourire si particulier sur le minois de Sullivan dès l'instant où elle le voyait enfin. Elle se frayait un chemin de quelques mètres dans le bain de foule avant de pouvoir enfin le prendre dans ses bras. Ils étaient en plein du passage mais bon sang, qu'est-ce qu'elle s'en fichait! Il n'y avait que lui qui comptait désormais, que son parfum, son corps contre elle, son palpitant battant au rythme du sien, ce soulagement soudain, cette émotion vive qui rendait ses iris humides sans la faire pleurer pour autant. Bonheur à l'état pur, c'était tout! Ses bras serrés, ses mains fermement plaquées sur son dos, elle ne voulait plus le lâcher. Il était clair à présent qu'il ne partirait plus jamais sans elle aussi longtemps, c'était hors de question. « Non pas encore, tu devrais continuer un peu plus. » qu'elle disait sans le lâcher, une bonne excuse pour en profiter encore de longues secondes qui lui assuraient qu'il était bien là.

Quand elle se détachait de lui, l'étincelle dans ses pupilles ne s'était pas éteinte, au contraire. La brillance de son regard était plus prononcée encore quand elle observait son visage de plus près, l'entourant de ses mains chaudes qui n'avaient rien à voir avec la chaleur californienne. « Les appels, les sms, les facecams, c'est définitivement pas assez, vraiment pas. » Elle déposait un baiser sur sa joue gauche pour mieux le reprendre dans ses bras un court instant, un soupire destiné à faire redescendre ses larmes se heurtant à l'épaule du blond. Ça faisait du bien, tellement de bien. Quand elle le lâchait enfin, c'était pour mieux attraper l'une de ses valises d'une main et passer son bras autour de sa taille, l'entraînant dans la marche. « Aller viens, on rentre à la maison. » Autrement dit chez elle pour le moment. Déposant un baiser sur son épaule, un rire se glissait entre les lèvres. « Et je crois que les gens vont plus penser que tu es mon petit-ami que mon meilleur ami tu sais. » Et elle s'en fichait royalement. « Ton vol s'est bien passé? »


† You walked into the room and now my heart has been stolen. You took me back in time to when I was unbroken. Now you're all I want and I knew it from the very first moment.

Re: the other half of me

le Mar 21 Aoû - 22:46
avatar
I'm a Mother Fucker



50%



Messages : 55
Date d'inscription : 02/08/2018
Avatar : Marcus Hedbrandh.
Crédits : Liz ♥
Autres comptes : Aaron Campbell (ft. Henry Cavill) & Alice Norton (ft. Emily Didonato)
Âge du personnage : 30 ans (16/03/88).
Nationalité(s) : Anglaise & américaine.
Signe astrologique : Poisson
Mon personnage, en 5 mots : Individualiste. Entreprenant. Vantard. Sportif. Joueur.
Quartier de résidence : Central
Carrière, métier ou job : Enseignant et consultant en marketing.
Études (passées ou en cours) : Diplômé en marketing à l'UCLA.
Hobby : Le surf / le piano.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire (par choix)
http://www.its-all-my-fault.com/t2534-andreas-klein-things-we-lohttp://www.its-all-my-fault.com/t2548-andreas-klein-213-321-9876http://www.its-all-my-fault.com/t2559-andysaysno
C’est en la serrant dans ses bras qu’il réalisa qu’il était parti un peu trop longtemps. Jamais il ne l’avait laissée «seule» pendant aussi longtemps depuis qu’ils s’étaient rencontrés quand ils n’étaient que des enfants, il y a de cela presque vingt ans. Adélaïde ne l’avait pas retenu de s’envoler pour l’Europe parce qu’elle savait combien il aimait ce continent, et Andreas était heureux d’aller y vivre, de retrouver son père. Pour autant, il sentit son cœur battre comme rarement il avait battu lorsqu’il enserra la jeune femme dans ce hall d’aéroport. C’était un de ces sentiments lourds et puissants. Indestructibles.

Ses mains reprenaient connaissance de ces épaules menues qu’il avait touchées tant de fois pour l’accoler, pour la raisonner ou encore pour la charrier. Un sourire chaleureux naquit sur son visage tandis qu’elle l’encourageait à ne pas la lâcher. « Ok, bisounours. » Touché en plein cœur. Il lui obéirait avec plaisir et ne bougea pas jusqu’à ce qu’elle se détache de lui, apposant ses mains sur son visage et le regardant comme s’il fallait vérifier que c’était bien lui et non quelqu’un d’autre. Adélaïde avait toujours été affectueuse avec lui et même s’il ne l’avouerait jamais, pas même à elle, ses marques de tendresse lui avaient véritablement manqué à Berlin. « Ton grand frère t’a manqué. C’est qu’il t’est vraiment indispensable. » Craquant un sourire enfantin, Andreas profita de cette nouvelle étreinte avant de prendre la marche vers la sortie du terminal, une main tirant sa plus grosse valise et l’autre bras sur les épaules de la belle étudiante.

A sa façon de la regarder elle puis le chemin qui s’étendait devant eux, il était facile de comprendre qu’il était ravi de rentrer à la «maison». Quant à passer pour un couple, étaient-ils à ça près ? « Qu’ils le pensent alors. Ça  ne me dérange pas de faire des jaloux, au contraire. » Répondit-il assez sincèrement en haussant les épaules, jetant même un fier regard à un homme qui les regardait. « Mon vol a été mortel, mais pas dans le sens génial. J’ai eu des envies de meurtres sur des énergumènes de cette taille-là » dit-il en la lâchant et en plaçant sa main à environ un mètre du sol « parce que les compagnies aériennes ne permettent pas encore la sélection de places économiques à distance de tout individu gênant ou devrais-je plutôt dire... de gamins. » Sa grimace parla pour lui-même, bien que ses mots étaient déjà suffisamment révélateurs de la galère qu’il avait vécu à peine quelques heures auparavant. Andreas appréciait les enfants dans certaines conditions. Qu’ils soient calmes, gentils, éventuellement drôles et intéressants. Avec ceux-là, il se révélait particulièrement charmant et même bon pédagogue à l’occasion. Tous les autres avaient le pouvoir de vite l’agacer. « Enfin peu importe, je les aurai bientôt oubliés. Comment va Emrys, tiens ? Il a fait venir un hélico pour nous ramener chez toi j’espère ? » Parce qu’Emrys était un peu comme un second père pour Andreas et qu’il n’était pas rare qu’il le chambre sur ses moyens assez extraordinaires, sans que ça ne dérange personne.

Re: the other half of me

le Dim 16 Sep - 23:45
avatar
MEMBER OF THE MONTH



100%



Messages : 365
Date d'inscription : 12/03/2018
Avatar : Nina Agdal
Crédits : malbe (ava) • anesidora (code sign)
Autres comptes : Leaven S. Campbell & Gwyneth Barclay.
Âge du personnage : vingt-huit ans (21/03/1990)
Nationalité(s) : Américo-Argentine
Signe astrologique : Bélier
Mon personnage, en 5 mots : Honnête • Charismatique • Passionnée • Joueuse • Séductrice
Quartier de résidence : Westside
Carrière, métier ou job : Bras droit de son père, propriétaire de Marriott International, directeur général du Ritz-Carlton de Los Angeles.
Études (passées ou en cours) : Communication Marketing
Hobby : La danse. Le dessin.
Orientation sexuelle : Bisexuel(le)
Situation sentimentale : En couple
Avec : Aaron Campbell depuis septembre 2017 mais ça commence doucement à se compliquer...
http://www.its-all-my-fault.com/t505-adelaide-sullivan-baby-http://www.its-all-my-fault.com/t1284-adelaide-sullivan-213-511-5985#21235http://www.its-all-my-fault.com/t1233-a-sully#20132
« C'est pas nouveau ça. » lançait-elle avec un sourire à pleines dents, rempli de sincérité. Non, ce n'était pas nouveau qu'il était indispensable à sa vie. Il était fort probable que sans lui, elle ne serait plus là aujourd'hui. Que sans lui, elle ne serait pas la femme qu'elle est. Dernièrement, en étant témoins leurs échanges réguliers par les réseaux sociaux divers et variés. Elle était incapable de se passer de lui et elle ne s'en cachait pas. Combien de fois Aaron l'avait prise dans ses bras en constatant sa mine défaite après avoir raccroché d'un appel parce que l'absence d'Andreas pesait trop lourd dans le cœur de la blonde? Combien de fois est-ce qu'elle s'était endormie son téléphone à la main, à regarder ses photos pour imaginer sa vie à Berlin, entrecoupés de souvenirs partagés à Los Angeles? Ouais, Andreas était indispensable et elle serait bien incapable de vivre correctement sans son amitié et son ombre au dessus d'elle. Hors de question de s'en séparer désormais, pas même pour marcher dans l'aéroport alors qu'elle l'entraînait avec elle vers la sortie, s'assurant presque de l'éloigner du tarmac et d'une possible envie de remonter dans un avion pour y retourner.

Naturellement, elle lui demandait comment son long vol s'était passé. Le rire au bord des lèvres, elle ne pouvait que comprendre la réaction de son meilleur ami. Des enfants qui hurlent pour x ou y raison dans un endroit confiné et auquel on ne peut pas échapper, ça n'avait rien de vraiment agréable. « Tu trouves que tous les gamins sont gênants? » demandait-elle sans trop de sérieux mais sans rire non plus. Comme si la question l'intéressait vraiment. La réalité voulait que dans son esprit, ça puait la connerie, sans que ça transparaisse encore sur son visage, concentrée sur les questions qui suivaient. « Il va très bien, tout va bien, même si tu lui as beaucoup manqué comme à nous tous! Il va tellement bien qu'il est pas encore assez fou pour nous envoyer un hélico. Pas de chance, tu vas être obligé de supporter ma voiture tellement inconfortable! » Parce que c'était connu qu'une voiture à quelques milliers de dollars n'avait absolument rien de confortable.

Arrivés devant la dite voiture, elle ne pouvait empêcher son sourire de fierté face à la DB 11 volante d'Aston Martin, un petit bijou autant par son apparence que ses capacités. « Votre taxi personnel, monsieur Klein. » Elle lui ouvrait le coffre pour qu'il puisse y glisser sa valise, ne tardant plus à révéler, ou presque, le pourquoi de sa question précédente. « A vrai dire, je te demandais ça parce que ça serait embêtant si tu trouvais ton futur filleul gênant... ou future filleule gênante, on sait pas encore. » Est-ce qu'elle sous-entendait qu'elle était enceinte après à peine un an de relation - et qu'accessoirement, il allait être parrain? Parfaitement. Est-ce que c'était vrai? Absolument pas mais le tacos pas encore digéré de ce midi pourrait très bien faire illusion quant à une possible grossesse et elle s'en servait en levant son haut, se mettant de profil pour laisser voir cette petite bosse. Après un tel vol, elle n'était pas sûre qu'il prenne très bien la fausse nouvelle mais en même temps, ça serait intéressant à savoir pour le jour où elle attendrait un véritable enfant.


† You walked into the room and now my heart has been stolen. You took me back in time to when I was unbroken. Now you're all I want and I knew it from the very first moment.

Re: the other half of me

Contenu sponsorisé
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant