are you flirting or starting a fight ? | ft. Myles

Partagez
Aller en bas
IT’S ALL MY FAULT,
YESTERDAY'S NEWS |48

are you flirting or starting a fight ? | ft. Myles

le Ven 15 Juin - 3:55
avatar
It's All My Fault



80%



Messages : 172
Date d'inscription : 29/03/2018
Avatar : Evan Rachel Wood
Crédits : Hoodwink (avatar) ; bat'phanie (signa)
Autres comptes : Basileus ( Adam Driver)
Âge du personnage : 28 ans
Nationalité(s) : Russo-américaine
Signe astrologique : Scorpion
Mon personnage, en 5 mots : Mesquine ○ Puérile ○ Cynique ○ Snob ○ Insouciante
Quartier de résidence : South (& San Fernando)
Carrière, métier ou job : En stage pour décrocher un Certificat d’Apprentissage de la Délinquance.
Études (passées ou en cours) : Un diplôme de commerce obtenu sans ferveur pour satisfaire les intérêts du paternel.
Hobby : lire, voir, écouter tout ce qui implique le chaos ○ collectionner des breloques russes ○ claquer l’argent de papa ○ s’improviser penseur de Rodin
Orientation sexuelle : Hétérosexuel(le)
Situation sentimentale : Célibataire (par choix)
Age : 28
http://www.its-all-my-fault.com/t1193-ochrate-sokolov-some-like-http://www.its-all-my-fault.com/t1296-ochrate-sokolov-when-you-play-the-game-of-badge-you-win-or-you-diehttp://www.its-all-my-fault.com/t1297-ochrate-sokolov-213-237-0750http://www.its-all-my-fault.com/t1437-s-ochrate
are you flirting or starting a fight ?
myles & ochrate

«I’ve seen you at your worst
– and I still think you’re the best.  »
Pieds nus contre le parquet vieux et craqué, elle avait l’impression de sentir la peau se décoller du pied pour rester accrochée au bois. Ces morceaux de squames pourris, c’était l’ancienne version d’elle-même qui partait en lambeaux. La chrysalide laissait sortir son nouveau papillon. Une évolution plus en phase avec son nouvel environnement. Les yeux fermés, Ochrate se dandinait sur la musique qui emplissait la pièce, se croyant au bal russe des débutantes. Elle imaginait les craquements émis par le tourne-disque comme le flottement des robes à froufrous se frottants les unes aux autres, dans une arabesque de couleurs. “ Aïe, merde”. Emportée dans son élan mélodique, elle avait foncé droit le meuble qui soutenait l’appareil, donnant un coup suffisamment fort pour faire chuter la tête de lecture du tourne-disque. Alors le silence engloutit le salon. Vorace et pesant. Une douleur lancinante se faisait ressentir dans l’arrière de sa cuisse. Son corps était poisseux de sueur à force de danser dans une pièce qui gardait en elle toute la chaleur accumulée au cours de la journée. Ochrate craignait toujours de laisser ouvertes ses fenêtres. La peur qu’un inconnu se glisse en silence pour faire de sa maison un remake de film d’horreur à faible budget. Plutôt que de prendre la direction vers sa douche, elle préféra se vautrer dans son canapé, s’allongeant dessus comme un lamantin agonisant sur sa banquise. Elle plongea sa tête dans le coussin de soie posée devant elle, respirant l’odeur du jasmin et des agrumes. Parfumer ses coussins… Voilà bien une lubie d’aristocrate. La nouvelle Ochrate avait beau être sortie de sa chrysalide, l’ancienne mue restait tout de même solidement accrochée, pire qu’une tique. Elle regardait sa console plaquée de marbre, ses bibelots reposant sur un meuble au bois lustré, son tapis de velour. Son taudis de maison contenait à lui seul, probablement tout le PIB du quartier. C’était plus fort qu’elle, si elle avait voulu troquer sa vie dans sa prison dorée contre une vie de liberté, elle n’avait pas réussi à renoncer au confort dans lequel elle avait vécu. Et elle s’en tamponnait le coquillard avec un oeuf Fabergé. Mais un bruit sourd frappé à la porte l’obligea à se relever et sans réfléchir, elle fonça à la cuisine pour attraper le premier couteau à sa portée. Quelqu’un qui frappait à cette heure-ci de la nuit, ça n’annonçait jamais rien de bon. Couteau caché dans le dos, Ochrate s’avançait avec précaution vers l’entrée. “ Qui est là ?” Mais elle n’eut pour réponse qu’un second coup frappé à la porte. D’un geste sec, elle ouvrit grand la porte, main crispée sur son arme et prête à l’utiliser. “ Vous voulez quoi ?” aboya-t-elle en direction de l’inconnu, la fin de sa phrase s’étranglant dans sa bouche en reconnaissant la personne sur le perron.
(c) DΛNDELION



Maybe this time I can be strong, but since I know who I am, I'm probably wrong. Maybe this time I can go far, but thinking about where I've been ain't helping me start. It takes a monster to destroy a monster.

SOME LIKE IT VIOLENT
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant